vendredi 22 janvier 2016

Le Folklore


Le folklore est l'ensemble des productions collectives, culturelles émanant du peuple et se transmettant d'une génération à une autre génération. Notre entité sera rythmée par le son des tambours et des costumes colorés des différentes sociétés de gilles ou fantaisistes et ce jusqu’au dernier weekend end d’avril.Il n’y a pas de grand ou petit carnaval. De beau et moins beau carnaval.

Le carnaval est un moment clé de l’année pour tous ceux qui partagent le goût des traditions, de l’amitié et de la fête.

Dans une période où la question de l’identité et de l’appartenance à une société, à l’appropriation du mode de vie, à l’imprégnation des traditions est plus que jamais d’actualité, il ne faut pas sous estimer ou occulter le rôle essentiel que peuvent revêtir ces moments de fête collective.


Car oui le carnaval c’est avant tout un moment de tradition et d’affirmation de son identité, de participation à la transmission générationnelle des coutumes et de l’histoire.

Au niveau des responsabilités échevinales, nous portons la réflexion avec les différents acteurs folkloriques locaux sur la méthode et les moyens à mettre en œuvre pour soutenir les carnavals de notre entité et permettre leur survie. Ne nous voilons pas la face, les carnavals de quartier vivent des moments difficiles avec moins de membres dans les sociétés et donc le risque de voir disparaître des sociétés que nous pourrions qualifier de séculaires (certaines ayant plus de 150 ans d’existence...). Les raisons à ces difficultés peuvent être multiples. Prix de la participation, manque de moyens des sociétés, manque de locaux permettant le soutien financier et les lieux de passages des acteurs, manque d’intérêt de la part des jeunes générations,.... C’est pourquoi s’il nous est impossible d’agir sur l’ensemble de ces éléments nous avons fait le choix de travailler sur ce qui semble être essentiel pour le folklore la transmission aux jeunes générations. Que ce soit pour le Laetare ou dans les quartiers, des actions de sensibilisation sont menées auprès des plus jeunes pour leur donner le goût et l’envie de devenir acteur de notre folklore, de nos traditions et de notre histoire.


Ne sous estimons pas le poids de cet aspect du carnaval dans sa mission de passeur d’histoire. La sauvegarde de notre société, de notre identité passe aussi par la connaissance et la participation à l’héritage des productions collectives de nos anciens.

Etre membre d'un groupe folklorique c'est aussi un moment de partage ou les différences sociales, raciales n'existent plus. Seul compte le costume et l'envie de partager ces bons moments de fêtes...


C’est pourquoi je vous invite à nous rejoindre pour assister à ces moments de liesse, que ce soit comme acteur ou comme spectateur, dans les différents quartiers. Au-delà de la fête il y a aussi la sauvegarde de notre histoire et de notre identité. 

Jonathan Christiaens

Echevin

dimanche 10 janvier 2016

Cadre de vie: Un espace public propre !





La propreté de l’espace public reste une priorité pour nous. C’est une composante essentielle du bien-être de l’ensemble des concitoyens, mais aussi un atout en matière de tourisme et d’investissement commercial : il en va de l’image de notre cité ! De plus, le sentiment de sécurité est lui aussi fortement influencé par la propreté publique.

Pourtant, force est de constater que la bataille contre les déchets abandonnés, les dépôts sauvages, et les dégradations diverses n’est jamais gagnée. En effet, il n’est malheureusement pas rare de constater l’apparition de nouvelles zones de 'dépôt'... Les déchets ont tendance à apparaitre dans les lieux socialement vides, c'est- à-dire considérés comme n’appartenant à personne : il s’agit donc le plus souvent de terrains vagues, de bords de route, mais aussi de parkings.

Face à cette problématique, il est bien entendu nécessaire de poursuivre les politiques de

sensibilisation. Ceci dit, nous pensons qu’il ne s’agit pas seulement d’œuvrer au niveau de la prévention, mais aussi de la répression. Bien que les mesures existent, trop peu de cas sont encore sanctionnés, faute de moyens disponibles. Il est pourtant primordial que les comportements inciviques soient constatés et sanctionnés de manière systématique. C'est pourquoi nous nous engageons à continuer à oeuvrer dans ce sens au sein de notre commune! 



Bérengère Kesse

Conseillère Communale

mardi 5 janvier 2016

Longtain: L'affaire est au pénal




Depuis plusieurs mois déjà, je pointe du doigt une connivence malsaine entre la Sogepa et Stéphan Jourdain; une connivence qui a, selon moi, conduit à un accord dont l’objet était de permettre le troc des jardins d’Annevoie contre les Laminoirs de Longtain.

Sinon, comment expliquer que la facilité qu’a eue M. Jourdain à racheter les parts détenues par la Sogepa et les conditions de remboursement plus qu’avantageuses qui lui ont été offertes ?

Les anciens travailleurs de Longtain semblent d’ailleurs partager mon point de vue puisqu’ils ont sollicité les services d’un avocat, qu’un dossier a été introduit auprès du juge d’instruction et que ce dernier semble juger les faits suffisamment fondés pour ouvrir une enquête.

Les faits reprochés sont graves. il est notamment question de faux et usage de faux, d’infractions aux lois comptables, de corruption, d’abus de confiance et de non-paiement des indemnisations.

Ayant déjà pu rencontrer les anciens travailleurs et leur avocat, il apparait évident que je partage leur colère quant à la gestion du dossier par la Sogepa et par le Ministre. C’est pourquoi, avec l’appui du groupe au Parlement de Wallonie, je demanderai, prochainement, la mise à l’ordre du jour de la Commission Economie, de ma proposition de résolution visant la mise en place d’une Commission spéciale, destinée à faire la lumière sur ce dossier.

Si la majorité s’oppose à cette démarche, les choses seront claires. Il s’agirait clairement d’aveux de culpabilité.

Que l’on soit dans la majorité ou l’opposition, on n’a pas peur de faire preuve de transparence lorsque l’on n’a rien à cacher.

Même s’il faut se tourner vers l’avenir et soutenir le succès de la reprise de l’entreprise par Joseph Fascella, j’estime que la Région et Stéphan Jourdain ont fait à ce point fi des travailleurs et des normes en vigueur, qu’il faut tout mettre en oeuvre pour sanctionner les fautes commises tant sur un plan juridique, que sur un plan politique.

Je reste donc plus que jamais solidaire des anciens travailleurs de Longtain et entends bien collaborer étroitement avec eux pour leur donner justice. 


Olivier Destrebecq


Député wallon - Sénateur 

jeudi 24 décembre 2015

2015: L'heure du Bilan



Décembre arrive doucement à sa fin et viennent avec lui, réjouissances, festivités, moments de convivialité, serpentins et cotillons.

Avant de laisser place aux fêtes de Noël et de Nouvel An, il s’agit pour moi de tirer le bilan de mon activité parlementaire pour l’année 2015.

Plusieurs dossiers concernant directement les Louviérois et plus généralement les habitants de la Région du Centre ont retenu mon attention, mon énergie.

D’une manière globale, j’ai interpellé le Ministre wallon de l’Economie à de très nombreuses reprises, tantôt pour tirer la sonnette d’alarme par rapport à des dossiers de réorganisation ou de restructuration d’entreprises, tantôt pour demander la mise en place d’un plan concret de redéploiement de notre économie, tantôt pour souligner le désintérêt total du Gouvernement wallon à l’égard de la Région du Centre.

Trop souvent, la Sogepa (un organisme wallon qui intervient en faveur des entreprises en difficultés) est appelée à la rescousse ; alors que l’on voit trop peu d’interventions de la SRIW (société régionale d’investissement de wallonie). Bref, on tente de sauver les apparences, mais on ne met rien en place pour développer des projets concrets porteurs d’avenir.

Le dossier du canal du centre – patrimoine mondial de l’UNESCO – est un dossier dans lequel je me suis beaucoup investi. Nous avons la chance de disposer d’un outil touristique que le monde nous envie. Au lieu de tout faire pour le valoriser, le Gouvernement demeure passif, rejette la faute sur d’autres et ne met pas les moyens nécessaires à notre disposition pour pouvoir exploiter correctement le site. Regrettable...

Cette année a été l’occasion pour moi de déposer une série de textes afin de tenter de faire bouger les choses. Fait rare quand on est dans l’opposition, ma proposition de décret relative à la mise en place des prêts WalWin (financement des PME par l’épargne privée) a de bonnes chances d’aboutir. Il s’agit d’une demande des acteurs du monde entrepreneurial, vieille de 10 ans. 

D’autres sujets parmi lesquels le financement du Musée Kéramis, les laminoirs de Longtain, Bois-du- Luc, la refonte du système de sanctions disciplinaires dans l’enseignement, l’amélioration de l’audit en matière de logement, le taekwondo, la promotion du crowdfunding, etc... ont occupé cette année parlementaire. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à surfer sur www.destrebecq.be

Il va de soi que pour 2016 et les années à venir, je n’aurai de cesse de défendre notre Ville et notre Région. Le travail entamé sera poursuivi, amplifié, intensifié !

En attendant, il me reste à vous souhaiter un très Joyeux Noël et d’ores et déjà une excellente année 2016, qui - je l’espère - comblera vos souhaits et vous apportera santé, bonheur et prospérité ! 

Olivier Destrebecq


Député Wallon - Sénateur

mercredi 23 décembre 2015

Commerce: Mise en avant des circuits courts




Lors de cette année 2015 et dans la continuité de la réflexion initiée par Olivier DESTREBECQ, j'ai souhaité mettre l'accent sur l'agriculture et la mise en valeur des circuits courts. Cette thématique de développement économique correspond à une demande croissante de la part des citoyens et peut, dans le même temps, constituer un début de renouveau pour le centre-ville de La Louvière.

En effet, à mon initiative, le service Développement économique a été chargé de travailler à la création d'une halle de vente de produits locaux en plein centre-ville. Un tel projet constitue une opportunité de développement pour le commerce louviérois ainsi qu'une vitrine pour nos producteurs locaux qui pourront ainsi mettre en avant le fruit de leur travail sans devoir passer par de grands et complexes réseaux de distribution. Gardons à l'esprit que la zone de chalandise de La Louvière regroupe plus ou moins 200.000 personnes et que ce projet permettrait d'élargir l'offre en faisant redécouvrir les produits agricoles.

On constate dans les rues commerçantes de La Louvière que les boutiques qui s'en sortent le mieux sont celles qui proposent des produits et des biens de qualité et que les clients sont prêt à y mettre le prix nécessaire. Dès lors, pourquoi n'en serait-il pas de mêmes avec des produits agricoles locaux ?

Concrètement, l'idée sous-jacente est d'impliquer les acteurs locaux dans la dynamique commerciale que la ville souhaite insuffler pour redonner vie et attirer de nouveaux chalands tout en permettant à ces producteurs de donner à leur savoir-faire une reconnaissance.


Au niveau des modalités pratiques, l'aboutissement de cette halle dépend d'un appel à projet qui, si notre candidature est retenue, donnera lieu à l'octroi d'un subside de 200.000 euros. Il dépend également de la disponibilité d'une cellule vide en centre-ville répondant à nos besoins. La limite du dépôt de candidature est fixé à janvier 2016 et ensuite la Région wallonne se laisse 6 mois pour analyser le dossier et décider....Mais le CDH à la région cela se résume à du chantage aux subsides du type "je te donne le subside si tu me donnes le pouvoir!" Pathétique !

J'ai par deux fois en quelques mois rencontré les producteurs locaux de l'entité avec le service Développement économique afin de les sensibiliser à notre action et les rendre acteurs de ce projet. Ils se sont montrés réceptifs à nos propositions et ont manifesté un intérêt certain pour la réalisation
de la halle.

À titre personnel, je souhaite vivement que l'opération entamée ici soit un succès car d'une part, le centre-ville a besoin de projets neufs et novateurs afin de le dynamiser et de faire revenir des clients potentiels et d'autre part, il est nécessaire de mettre en avant nos productions locales.

Enfin, je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année, et surtout une année 2016 empreinte de bonheur, santé et réussite pour vous et tous vos proches. 

mercredi 9 décembre 2015

Province: La Marque du MR


Depuis les élections d’octobre 2000, le MR participe à la majorité dans la province du Hainaut. Le défi n'était pas simple mais a été relevé avec succès.

Tout d’abord, les missions de la Province ont été redéfinies et précisées de manière à être complémentaires avec celles de la Région Wallonne et celles de la Communauté.

Il faut savoir que plus de 65% des moyens budgétaires de la Province du Hainaut sont consacrés à des activités relevant de la Communauté Wallonie- Bruxelles tels l'enseignement ou le soutien et l'encadrement aux personnes moins valides.

Les effets du plan Marshall ont été bien entendu positifs pour les PME du Hainaut mais catastrophiques pour les recettes fiscales de la Province.

Mais nous avons pu faire face grâce à une nouvelle gestion, en ne remplaçant plus les agents partis à la pension, en mettant en place un comité de monitoring, bref en insufflant un souffle de modernité avancée dans cette vénérable institution.

Le budget 2016 est en léger boni tout en ayant constitué des provisions pour différents sujets.



De plus,la province est intervenue pour plus de 6 millions en faveur des zones de secours, soulageant pour un même import le budget de communes hennuyères.


L'avenir de la Province du Hainaut s'inscrit dans l'aide aux communes par ce qu’on dénomme la « supracommunalité ».

Le MR s'y implique en association avec nos élus et mandataires communaux. 


Bernard Liébin

Conseiller Provincial et Communal

lundi 7 décembre 2015

Mobilité: SNCB




Une bonne nouvelle pour les navetteurs de la région du Centre.

La bonne nouvelle c’est l’ajout d’un train de pointe supplémentaire le matin et le soir au départ de Binche, avec correspondance à Braine-le-Comte: il s’agit de l’aboutissement d’un travail entamé il y a plusieurs mois avec le cabinet de la ministre Jacqueline Galant, grâce à l’appui d’Olivier Destrebecq.

Conseillère communale louviéroise et navetteuse au quotidien, c’est tout naturellement que je m’intéresse de près à la problématique de la mobilité ferroviaire en région du Centre! En effet, notre région a toujours été le « parent pauvre » de la SNCB en matière de desserte et avec la mise en place du nouveau plan de transport en décembre 2014, la situation allait devenir encore plus difficile pour les navetteurs du Centre. Ce nouveau plan impliquait notamment un allongement du temps de parcours pour relier Bruxelles et une modification des horaires pour le moins inadaptée puisque les trains partaient désormais plus tard le matin et revenaient plus tôt le soir, sans parler des nombreux retards.

Face à cette situation, Olivier Destrebecq et moi-même avons alors identifié les problèmes majeurs et pistes d’amélioration possibles, puis rencontré les représentants des associations de navetteurs rasleboldelasncb et navetteurs.be avec lesquels nous avons fait le point. Grâce à l’appui d’Olivier, nous avons ensuite obtenu un entretien avec le cabinet Galant et un groupe de travail a été mis sur pied, groupe dont j’ai fait partie ainsi que les représentants de navetteurs et horairistes de la SNCB. Sous l’impulsion du cabinet, des solutions ont finalement pu être dégagées pour améliorer la ponctualité et la desserte vers Bruxelles au départ de la région du Centre. Dès le 14 décembre 2015, un train de pointe supplémentaire effectuera donc le trajet entre Binche, Leval, La Louvière, Ecaussines et Braine-le-Comte le matin et le soir. 


Bérengère Kesse

Conseillère Communale