jeudi 30 août 2012

Le libéralisme : un projet de ville



Ces dernières années, le libéralisme a été fortement critiqué car, confondu avec le capitalisme.

Etre libéral, ce n’est pas vouloir mettre l’argent au centre de tout ; ce n’est pas ériger le profit financier en sacro-saint objectif, loin de là.

Au contraire, nous avons à cœur de développer un projet politique qui met l’humain au centre de nos préoccupations,  puisqu’il a pour but de rendre sa liberté à chaque individu.

Et pour y parvenir, le système politique, et singulièrement l’échelon local, a son rôle à jouer. La ville est le niveau le plus proche du citoyen, qui permet donc d’instiller le plus efficacement la participation démocratique.


C’est aussi le niveau qui permet de connecter les citoyens à la vie politique et qui sert de relais pour les autres niveaux de pouvoir tel que le fédéral.

Nous le répétons, la ville doit jouer un rôle important dans la vie des citoyens, elle doit leur offrir un cadre de vie agréable, une politique économique dynamique, des loisirs et des activités culturelles mais aussi un environnement sécurisé. Bref, la ville est l’élément qui concrétise toutes les politiques et qui influence la vie de chacun.

Les libéraux étant souvent, et à tort, caricaturés, il importe donc de rappeler les grandes valeurs que nous défendons et que nous développons dans notre programme communal, et donc l’impact que nous susciterons si vous nous témoignez votre confiance le 14 octobre. Plutôt que de le faire au travers d’un long texte doctrinal, nous voulons vous montrer l’influence de nos idées sur notre politique au travers de trois éléments concrets : l’économie, les libertés individuelles et la sécurité.

Les libéraux sont d’ardents défenseurs du travail. Nous nous opposons bel et bien au capitalisme et à ses dérives car il perd de vue l’essence première de notre mouvement : la liberté.

Avec le capitalisme, l’argent est devenu un élément qui asservit plutôt qu’il ne libère des contraintes. Pour nous, libéraux, nous estimons que l’argent n’est pas une finalité, mais un moyen de pouvoir orienter sa vie et ses décisions de manière personnelle et indépendante. C’est donc pour cela que nous souhaitons valoriser le travail à ce point, car une personne qui travaille est une personne qui prend son destin en main et qui s’affranchit de l’assistanat.

Mais loin de nous l’idée de stigmatiser les chômeurs. La situation économique globale étant ce qu’elle est, il est normal que certains éprouvent de grandes difficultés pour s’insérer ou se réinsérer dans la vie professionnelle. Dans cette optique, la ville doit d’ailleurs jouer un rôle proactif. Elle doit tout faire pour attirer un maximum d’entreprises sur son territoire. Grâce à l’apport du MR, ce fut le cas lors des 6 dernières années avec notamment l’arrivée de Johnson & Johnson. Mais nous voulons poursuivre cet effort en favorisant le développement et l’installation des PME, à la Louvière et dans son entité. Ce n’est que de cette manière que l’offre d’emploi augmentera et permettra un recul du chômage dans notre région.
Le MR louviérois ne défend pas les grands patrons mais tous les travailleurs car le travail est pour nous le point de départ, l’élément qui permet la concrétisation de sa liberté dans le respect d’autrui.

En tant que libéraux, nous défendons une conception laïque de l’Etat et des institutions publiques, donc de la ville. A l’inverse, nous estimons que chacun est libre d’exprimer ses croyances, quelles qu’elles soient, dans la limite du respect de nos lois. Pour nous, chacun a la liberté de croire (ou de ne pas croire) en ce qu’il souhaite, de vivre sa sexualité comme il l’entend, de manifester ses opinions. Cela relève d’une manifestation évidente de la liberté individuelle et nous faisons tout pour qu’elle soit respectée.

Nous avons la chance à La Louvière, de vivre dans une ville multi culturelle. Le MR estime donc qu’il y a lieu de renforcer les liens transculturels afin de renforcer la cohésion de la société et de favoriser le respect d’autrui.

Souvent  la violence provient de la peur de l’autre et la peur est elle-même suscitée par  l’incompréhension de ce que l’on n’est pas. Nous voulons donc favoriser le dialogue entre les communautés car la société louviéroise n’est pas un agrégat de ces dernières ; elle les englobe et les dépasse.

Etre libéral, c’est donc comprendre et respecter l’autre pour ce qu’il est afin de susciter l’union favorable au développement du plus grand nombre et à la liberté de chacun.


Pour pouvoir être libre, il faut pouvoir jouir de ses droits : à un environnement non pollué, à une ville sécurisée etc.

Or, malheureusement, il faut être réaliste : il existe toujours une minorité d’individus qui parasitent la vie de la majorité. Ce n’est pas normal.

C’est pourquoi le MR louviérois prône une politique de fermeté à l’égard de toute forme de délinquance. Jeter ses déchets n’importe où, c’est manquer de respect aux autres habitants, c’est faire insulte au travail des ouvriers communaux et c’est dégrader l’image d’une ville, d’une région. Il faut donc que cela soit sanctionné.

Cette politique doit s’appliquer tant aux délits mineurs, qu’aux infractions plus graves telles que la vente de stupéfiants, le vol ou les agressions.

Le MR de La Louvière n’accepte pas que la ville soit ternie par le comportement inacceptable de quelques uns. C’est pourquoi nous voulons resserrer la vis et mener une politique raisonnée et répressive en collaboration avec les services de police et le parquet.

Au travers de ces trois éléments, nous espérons avoir démontré avec succès d’une part ce qu’est réellement « être libéral » et d’autre part, l’impact positif que le libéralisme et donc le MR peut avoir sur l’entité louviéroise.

Nous restons naturellement à votre disposition si vous souhaitez d’autres éclaircissements et nous vous invitons à vous rendre sur la page suivante MR.be pour des informations complémentaires.

                                                                              

                                                                               Le MR Louviérois



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire