mardi 11 septembre 2012

La protection de l’environnement : un dossier transversal


Les échecs successifs des sommets de Copenhague en 2010 et de Rio en 2012 rendent pessimistes les experts et les scientifiques quant à l’avenir de la Terre.

Est-ce une raison pour se résigner ? Absolument pas !

AU MR, nous pensons justement que si les gouvernements ne s’accordent pas sur les mesures à prendre, alors il revient aux collectivités politiques locales et aux citoyens de montrer l’exemple.

Bien-sûr, nous ne sommes ni dupes, ni utopistes ; nous savons que pour sauver notre planète il faudra tôt ou tard des décisions importantes au plus haut niveau.

Notre ambition est donc simple : nous nous devons de fournir les efforts correspondant à notre échelle, nous devons améliorer l’environnement à La Louvière, et donc le cadre de vie de ses habitants.


En somme, c’est en étant un exemple que nous susciterons l’émulation et  que nous améliorerons le quotidien des Louviérois.

Pour parvenir à atteindre cet objectif, nous aurons besoin de la participation de chaque citoyen responsable, car la protection de l’environnement, c’est l’affaire de tous.

Il est trop facile de vouloir une ville propre, verte et agréable si on ne participe pas soi-même.
Respecter l’environnement, c’est aussi respecter autrui et se respecter soi-même.

Malheureusement, certains ont tendance à oublier ce constat.

C’est pourquoi le MR Louviérois propose de mettre en place une politique de tolérance zéro aux incivilités.
Mais si la sévérité s’impose, elle doit aussi s’allier à l’efficacité.

Il ne sert à rien de prévoir de lourdes  amendes si ces dernières ne sont pas perçues.

Il faut donc en parallèle améliorer la perception de celles-ci afin qu’il n’y ait plus d’impunité en la matière.

Rien n’est pire que l’impunité. Elle laisse à penser que les normes n’existent qu’à titre d’information ou bien qu’elles s’adressent aux autres. Dans les deux cas, il n’y a rien de plus faux et le MR entend combattre ces idées en durcissant le ton !

Bien-sûr, le politique et la commune en particulier ont un rôle prépondérant à jouer.
La propreté ne va pas de soi ; il faut s’en donner les moyens en plaçant, par exemple, plus de poubelles publiques et en facilitant l’accès aux parcs à conteneurs.

Il est inconcevable qu’aujourd’hui encore il y ait des différences entre les indépendants et les autres Louviérois !

Le MR ne voit pas le fondement de cette discrimination.

Nous plaiderons donc pour une réorganisation des  parcs à conteneurs, en vue, à tout le moins, d’assouplir les quotas et d’élargir l’accessibilité.

Dans le même ordre d’idée, nous renforcerons l’entretien des lieux publics (parcs, places, rues, trottoirs, mobilier urbain). Si chacun a une responsabilité quant à l’environnement, la ville, quant à elle, doit montrer l’exemple.

L’actualité et, malheureusement, les factures le démontrent : l’énergie est un des enjeux majeurs liés à l’environnement. Elle est devenue un bien précieux, pas encore rare, mais pas non plus inépuisable ; ce qui se répercute sur son coût. Se chauffer en hiver est devenu un réel problème pour les ménages les moins nantis.

La Commune doit donc leur donner un coup de pouce afin de leur permettre de réaliser un bilan énergétique de leur habitation, voire de leur accorder des primes, dans la limite des capacités budgétaires, afin d’engager les travaux nécessaires à l’économie d’énergie.

De nouveau, la commune doit être exemplaire.
Nous voulons donc participer au programme EPURE ; un programme qui vise le remplacement de l’éclairage public au profit d’ampoules moins énergivores.

Nous souhaitons insuffler cette politique pour deux raisons.
Premièrement, dans un souci environnemental et deuxièmement, dans un souci d’économies.

En effet, la facture énergétique communale est aussi la facture des citoyens.
Il est donc de notre devoir de la réduire par tous les moyens possibles.

Bien souvent, la complexité de la législation et les méandres de l’administration induisent un manque d’information dans le chef des citoyens.

Nous proposons donc d’y remédier en créant un point de contact unique chargé de renseigner, entreprises et particuliers, sur tous les éléments liés à la protection de l’environnement et au développement durable.

Par exemple, les primes environnementales et les conditions à réunir pour y avoir droit, les gestes que l’on peut poser au quotidien pour diminuer la consommation en gaz ou en électricité, etc.

Naturellement, la protection de l’environnement passe aussi par le développement des espaces verts. Outre l’investissement public en la matière, nous entendons mener cette politique en collaboration étroite avec les Louviéroises et les Louviérois. Deux mesures que nous proposons  illustrent bien cette optique : l’encouragement des concours de façades fleuries et le développement de jardins communautaires.

Ces jardins sont des espaces mis à disposition des citoyens par la commune et gérés par les comités de quartier. Ils permettent aux citoyens de jardiner, de planter des légumes et de récolter les fruits de leur travail et ce, en pleine ville.
Des expériences similaires ont déjà eu lieu à Bruxelles et ont été couronnées d’un franc succès.

Nous souhaitons vivement pouvoir les mettre en place car ils permettraient un retour à la terre, ainsi que la (re)découverte d’activités de détente parfois oubliées par les citadins.

En somme, le MR a une vision transversale de la protection de l’environnement.
Il s’agit à la fois de protéger l’environnement stricto sensu, le portefeuille des citoyens et les finances communales mais aussi de rendre la ville plus propre et plus agréable et de favoriser le développement des espaces verts, etc.

A toutes ces questions, par notre projet, par notre programme nous apportons des réponses.

Mais ce n’est qu’avec votre confiance et votre soutien le 14 octobre, que nous pourrons les concrétiser ! 

Pour le MR, l’environnement est une force, un atout pour la ville et nous voulons le protéger.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire