jeudi 28 mars 2013

Communiqué du Député Fédéral-Echevin Olivier DESTREBECQ : « Le devenir du bassin sidérurgique louviérois»





Ce 28 mars 2013, le Premier Ministre s’étant abstenu de répondre lui-même, la Député-Échevin Olivier Destrebecq a interpellé la Ministre de l’Emploi sur la fermeture de Duferco mais aussi et surtout sur le devenir du bassin louviérois.
Il a ainsi mis l’accent sur la nécessité de penser dès aujourd’hui à l’avenir du site en vue d’établir rapidement un plan de reconversion. Voici son interpellation :



Monsieur le Président,
Madame la Ministre,
En matière de sidérurgie, les mauvaises nouvelles se suivent et malheureusement se ressemblent. C’est aujourd’hui La Louvière qui est frappée par la fermeture de Duferco et par la restructuration chez NLMK.
En tant qu’Echevin de l’emploi et du développement économique, en tant que Louviérois, j’ai accueilli l’annonce de la fermeture de Duferco avec une grande tristesse car, au delà d’une fermeture d’usine, c’est également un symbole qui est touché. À cette tristesse s’allie beaucoup d’amertume.
De l’amertume car depuis des mois maintenant, je demande à ce que un vaste plan soit mis en place et qu’un groupe de travail soit consacré à l’avenir de la sidérurgie en Wallonie.
Le groupe est en effet constitué mais bien tardivement. Et encore ! Il ne concerne que le cas liégeois alors que la problématique est globale et concerne tous les bassins sidérurgiques de Belgique, voire d’Europe.... Désormais, c’est la lenteur de la task force qui est à pointer du doigt car ses conclusions se font attendre et les usines ferment ! Même si le dossier est éminemment complexe, le temps est un luxe que nous n’avons pas !
Plutôt que de pointer la responsabilité de la région wallonne, je veux voir l’avenir car La Louvière dispose d’importants atouts. Sa plateforme tri-modale, des zonings dédiés à la logistique, des institutions de formation, de la main d’œuvre de qualité.
La sidérurgie reste présente via NLMK qui a d’ailleurs introduit un permis environnement pour l’ensemble du site.
Quant à Duferco, elle ne déserte pas, mais restant propriétaire des bâtiments puisqu’il ne s’agit pas d’une faillite, elle envisage de se reconvertir dans le secteur des énergies nouvelles. Dans cette masse d’informations moroses, je veux y voir un signe encourageant.
On voit bien aujourd’hui toute l’inefficacité de la task force mise en place pour Liège. Je ne vous demanderai donc pas son extension au dossier louviérois.
C’est pourquoi, je souhaiterais savoir si le Gouvernement, en collaboration avec le Gouvernement wallon, envisage déjà un plan de reconversion du site et des travailleurs ? Plaiderez vous au niveau européen en faveur d’une modification de la programmation FEDER 2014-2020 en vue de faciliter la reconversion de nos bassins ?
Des réunions sur la question du devenir de l’industrie et de la sidérurgie sont elles prévues au niveau des Instances Européennes ? Si oui, quel est l’agenda ? Quelles propositions  le Gouvernement Belge défendra t-il ?
Aujourd’hui, il est plus que temps d’apporter des réponses concrètes.


La Ministre a confirmé qu’une cellule emploi sera très rapidement mise en place afin d’accompagner les travailleurs dans leur recherche d’emploi et dans leur formation. Elle a en effet souligné la volonté de Duferco de se reconvertir dans d’autres activités et a indiqué que le site serait à la disposition des éventuels repreneurs avec une priorité à l’embauche des travailleurs de Duferco.
Pour sa part, Olivier Destrebecq a regretté que la Ministre n’ait ni l’aspect européen du problème, ni la question de la reconversion du site.
Il y a désormais lieu d’aller de l’avant. Plutôt que de fournir des soins palliatifs, les pouvoirs publics se doivent de mettre urgemment en place ce plan ; il en va de l’avenir de la région du Centre.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire