vendredi 15 mars 2013

Motilium : des précautions d'emploi mais pas de craintes excessives



Voici la réponse du Gouvernement suite à une interpellation d'Olivier Destrebecq en séance plénière de la Chambre à propos des craintes planant sur l’utilisation du Motilium :


« Il est exact que l'AFMPS a l'intention de soumettre à la prescription médicale la vente de médicaments à base de dompéridone, comme le Motilium. À cet effet, une courte procédure est en cours et devrait se clôturer fin avril. Cette procédure offre deux garanties essentielles: une véritable analyse de risques liés aux médicaments à base de dompéridone, mais également une analyse des conséquences liées à un usage réduit de ces médicaments.

La question est principalement de savoir quels sont les risques et qui les encourt. Il convient en outre de respecter le droit. Un médicament ne peut être retiré du marché ou son utilisation limitée sans une analyse approfondie.

En ce qui concerne l'avis des pharmacologues qui suggèrent de retirer immédiatement ce médicament du marché, on peut se demander ce qu'il adviendra des patients si le médicament disparaît du jour au lendemain. Un autre médicament présentera d'autres risques. La molécule concernée est utilisée à grande échelle en Belgique depuis 1978 et les risques de problèmes cardiaques encourus par certaines personnes sont connus depuis longtemps. Le problème réside dans un mauvais usage du médicament. Les pharmacologues mettent principalement en garde contre les risques liés à de fortes doses.

Quoi qu'il en soit, les patients n'ont pas été suffisamment informés des risques. C'est la raison pour laquelle tous les pharmaciens et les médecins ont reçu en novembre 2012 un dépliant leur rappelant ces risques. Ils peuvent transmettre ces informations aux patients ».

Olivier Destrebecq estime que les éléments de réponse apportés sont rassurants et que la prochaine délivrance des médicaments contenant de la dompéridone relève du principe de précaution.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire