mercredi 11 décembre 2013

Des solutions à trouver pour la mobilité !


Suite à un article de presse traitant des retards des bus dans la région du Centre, une réflexion sur la mobilité dans les villes nous semble nécessaire. Il est utile de préciser avant toute chose qu'il serait réducteur et simpliste d'affirmer que les transports en commun sont responsables des problèmes de mobilité. En effet, les problèmes liés à mobilité s'inscrivent dans un cadre plus global. Commençons par l'évolution de cette mobilité qui est devenue un problème de société au fil du temps. La situation que nous connaissons aujourd'hui découle de plusieurs facteurs.

Nous aborderons tout d'abord la démocratisation de l'automobile. Il faut se rendre compte qu'en plus de 10 ans, on est passé de une à deux voire trois voitures par ménage ! La multiplication du nombre de véhicules sur les routes crée donc un engorgement de certaines voiries aux heures de pointe et il en résulte des ralentissements, des bouchons,...

En second lieu, la distance entre son domicile et lieu de travail oblige parfois les travailleurs à utiliser leur véhicule personnel car certaines zones sont mal desservies par les transports publics.

Enfin, dans les centres-villes, les voiries ne sont plus toujours adaptées au nombre de véhicules qui y circulent quotidiennement. Cela est parfois la conséquence de certaines politiques qui privilégient les déplacements piétons au détriment des engins motorisés. Nous ne remettons bien évidemment pas en question le bien fondé de ces mesures mais elles entraînent des conséquences négatives sur la mobilité auxquelles on n'apporte pas toujours des solutions.

Toutefois, nous insistons pour qu'on ne tire pas à boulets rouges sur les automobilistes car pour bon nombre d'entre eux, la voiture est un outil de travail. Nous pensons aux représentants par exemple qui n'ont pas d'autres choix.

Lorsqu'il était échevin en charge de la mobilité, notamment, Olivier DESTREBECQ a eu le plaisir d'initier le projet Wallonie cyclable pour lequel La Louvière était une ville pilote. Une des solutions face aux problèmes que nous connaissons est de continuer dans la voie de la mobilité douce ou encore de favoriser le co-voiturage afin de limiter le nombre de véhicules en circulation.

Cependant, nous estimons que les transports en commun font partie de la solution mais force est de constater que l'on doit émettre de grosses réserves quant à l'efficacité de ceux-ci. Il y aurait sûrement plus de personnes qui délaisseraient leurs voitures si les horaires étaient respectés et si certaines zones étaient mieux desservies. Quant ce n'est pas la ponctualité qui perturbe le bon déroulement des trajets, ce sont les grèves sauvages qui prennent le relais ! Les usagers sont pris en otages par ces actions et sont donc dans l'obligation de se rendre sur leur lieu de travail en voiture s'ils en possèdent une, ce qui n'est pas toujours le cas. Dans certains cas, des personnes ne savent tout simplement pas aller travailler, alors qu'elles sont de bonne volonté. Elles seront pénalisées simplement parce qu'un service minimum n'est pas instauré. Ce n'est pas tolérable !

Il y a beaucoup d'usagers des transports publics qui, soit se rendent sur leur lieu de travail soit se déplacent à titre personnel. Dès lors, ceux-ci sont pénalisés lorsque la qualité du service n'est pas optimale. Une autre conséquence est que cela rebute de potentiels usagers qui pourraient se faire rembourser intégralement les frais d'abonnements au transports en commun par leur employeur. Ceux-ci se voient contraints d'y renoncer et doivent donc se rabattre sur leur véhicule personnel pour aller travailler. C'est un cercle vicieux qui s'auto-alimente !

Nous voulons continuer à croire aux services de transports publics mais s'ils ne sont pas en mesure d'accomplir leurs missions, il faudra se poser la question de sous-traiter via le secteur privé. C'est à notre sens une piste à envisager et pour laquelle il y a lieu de réfléchir.

Que cela soit bien clair, nous ne cherchons aucunement à stigmatiser les services de transports publics. Nous estimons simplement que des solutions doivent être trouvées à tous les niveaux, en ce compris les services publics, afin d'améliorer la mobilité et par conséquent de faciliter le quotidien de milliers d'usagers. Nous savons également qu'en Belgique, utiliser sa voiture est devenu une habitude qui s'inscrit presque dans la culture de notre pays. Les pouvoirs publics doivent prendre conscience de tous les problèmes de mobilité auxquels nous faisons face et prendre les mesures adéquates. Il est utile de mener des campagnes se sensibilisation concernant les modes de transports doux, nous sommes tout à fait d'accord quant à cela mais il faut s'en donner les moyens et le temps est venu d'agir ! C'est en mettant bout à bout diverses idées concrètes que l'on pourra régler cette problématique et il faut s'y atteler dès maintenant car le temps passe et cela n'ira pas en s'améliorant si l'on ne fait rien, bien au contraire !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire